Z'ado : des mots sur les maux

Publié le par nathasarah

Dans la continuité de l’article précédent, je vous livre (avec sa permission bien sûr) ce que Z’ado a écrit hier soir. Il s’agit d’une « punition » donnée par Mr le directeur adjoint (sale type qui se permet de prendre les élèves par le col en les abreuvant de « fermes ta gueule, je t’ai pas donné la parole », promis je n’invente rien). Cette sanction est tombée après un entretien qui a mis Z’ado dans l’état que vous savez, simplement pour des oublis de matériel (certes répétés)…

 

Je voulais vous le scan des copies qu'il va remettre ce matin et le texte en clair en dessous(j'ai recopié tel quel, sans apporter de corrections) car je n'ai pas réussi à faire en sorte que ce soit lisible directement… (vous verrez ce qu'il reste de la dysgraphie dont il souffre encore au niveau organisation... mais mr hitler a dit que les "trucs en dys sont à la mode"- je ne vous dirai pas quel est le qualificatif employé par mes soins, pourle coup je suis bien moins respectueuse que Z'ado!)

mots-maux de zado 1mots-maux d'ado 2

« sujet : vous discutez avec un collégien haitien de votre age. Vous lui expliquer votre comportement au collège et il vous explique la chance que vous avez d’être scolarisés automatiquement jusqu’as 16 ans et la chance d’être dans un pays où les enfants on des droits.

 

Aujourd’hui nous somme lundi 25 janviers. Alors que nous étion en cour d’histoire-géographie quelqu’un frappa à la porte. Alors que je pensais que c’était simplement un surveillant je vis s’avancer mme D, la conseillère principale d’éducation et mr L, qui était lui, le principal du collège P.C. ainsi qu’un nouvelle élève dont personne ne connais le nom. L’administration après s’être excuser d’interrompre le cours nous expliquait qu’il s’agissait d’un jeune haitien qui allait intégrer notre classe mais qui ne sera là qu’un jour sur deux car il ne parlais pas bien français. Il est venu en France suite au terrible séisme qui a ravager tout son pays. Ils on aussi dit qu’il faudrait que plusieurs ou un seul élève viennent le chercher dans la récréation pour lui expliquer comment le collège fonctionne.

 

Au bout de quelques semaines pendant une récréation, j’ai vue Jarhed venir vers moi avec un grand sourire, il me demande si je peux l’aider à travailler sur des cours qu’il n’a pas compris car dans son pays car dans son pays cela fesaient quelques mois qu’il  n’allait plus à l’école mais qu’il travaillait pour aider ça famille. Je lui répond que je ferais de mon mieux mais soudain je me demande si je vais réussire à l’aider car depuis plusieurs mois, même si je sais que l’école est obligatoire jusqu’à 16 ans je n’y trouve pas d’intérêt et je préfèrerait travailler pour aider mes parents. Cela m’a rendu très triste parce que j’avais un projet et que tout ce par qui je dois passer m’ont dit d’abandonner. Comme si c’était pas assez dur pour qu’ils en rajoute !

Maintenant je suis fatigué, découragé, j’ai envie de pleurer de tout quitter, j’ai un peu l’impression qu’on veut surtout m’apprendre les modalités de l’échec. Je suis prêt à parler mais si personne ne m’écoute alors ça ne sert à rien. Alors oui Jarhed l’école comme tu la découvres chez nous te plait beaucoup mais l’avenir qu’elle me réserve ne me convien pas car c’est comme si je devais payer et souffrire pour avoir le droit de vivre, j’aimerais faire mes devoirs, assimilé les cours et devoirs, juste relire mes leçons et être un élève model mais comme le cancre de prévert même si je dis oui pour ne pas chuter mon cœur ne se lasse pas de me dire non. Je sais que j’ai peur de la vie je sais que je ne dormirais pas non plus cette nuit, je sais que les gens ne comprenne pas car il s’en foute. Je voudrais arriver en cours avec le même sourire que Jarhed, pouvoir être heureux de venir au collège, apprendre sans entendre dire que tout est foutu ni sans entendre que je devrais aller en seconde car si ces pour finir derrière un bureau alors je préfère ne rien faire du tout. Ça serait plus facile de faire ce que j’aime, d’apprendre et d’écouter. Alors je regarde le sourire de Jarhed et je trouve qu’il a de la chance d’être heureux à l’école qu’il a de la chance d’être heureux ici car moi je me demande si ces toujours ainsi que ce déroulera la vie.

 

Je vous remercie monsieur de m’avoir donner cette rédaction car elle m’a permis d’éclairer et d’exprimer ma vision sur la vie depuis que je suis au collège."


à la suite de quoi, avant de laisser Z'ado mettre sa copie dans son cartable, je me suis permise d'ajouter la mention "lu et approuvé" avant de signer à mon tour...
En espérant que la personne à qui est destiné ce texte le lise et surtout le comprenne...

Publié dans Vie de tous les jours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

siréna 25/01/2010 15:56


Je resent dans le texte de ton fils tous ces questions et le dégout de la socièté qu'il peut avoir. On peux voir qu'il ne se sent pas a sa place dans cette socièté qui le dépasse, dans cette
société qui en a que faire de ses jeunes... J'y retrouve aussi l'amour qu'il a pour toi et son père, les sentiments qu'il laisse entrevoir a votre égart sont trés grand!

Ton z'ado il a eu raison d'exprimer son resentit, sa colère, sa révolte, par ecrit! Cela lui a permi de se liberer, de ce poid...Aussi peut etre cela serais utile pour lui de le faire plus
réculièrement, il pourrat ainsi faire le point sur ça situation!

Surtout qu'il ne se laisse pas abatre car plutard il montrera sa vision de choses!

Vous pouvez compter sur mon soutient
Bisous


liliane 25/01/2010 13:37


ton z'ado s'est exprimé comme il le ressent et je trouve ça très courageux et je pense que ça lui a fait du bien de pouvoir l'écrire.
maintenant le corps enseignant malgré "leurs longues études" !!! n'est pas du tout psychologue, ça on a oublié de leur enseigner !!
il faut que ton fils écoute son coeur et même avec un minimum d'études, il aura toujours la possiblité de faire le propre choix de sa vie. Le principal c'est de faire ce que l'on ressent vraiment
et non pas ce que veulent les autres ! moi j'ai quitté l'école à 16 ans au grand désespoir de mes parents et de la dirlo de mon collège, j'ai tenu bon et tout ce que j'ai appris, je l'ai appris sur
le tas !!
Bonne route pour lui. Bisous Nathalie


Noko 25/01/2010 12:56


Des directeurs comme ça existe hélàs mais je suis bien contente que ton z'ado est réussi à lui remettre tout ça dans les dents.