News en trois épisodes : part one "Zamour"

Publié le par nathasarah

Malgré de longues semaines à garder le silence, tout du moins en ces lieux, il ne s’est pas passé plus de deux ou trois jours sans que je pense à venir vous confier, à partager les différentes expériences qui ont été les miennes, les nôtres, durant tout ce temps.

Tout d’abord, j’avoue avoir eu quelques hésitations à parler de plusieurs sujets, n’étant pas la seule impliquée, je ne sais d’ailleurs toujours pas si je le ferai dans les lignes qui vont suivre, je ne veux blesser personne, bien que notre expérience puisse servir à d’autres qui passeraient par là… choix difficile, pardonnez moi par avance si votre curiosité n’est pas assouvie à la fin de votre lecture.

Concernant Zamour, la rééducation se poursuit, semaine après semaine, les progrès s’accomplissant les uns après les autres, le tout à grand renfort de patience. La prochaine visite à l’hopital nous en dira plus, le kiné semble satisfait, les radios bilan d’hier sont elles aussi normales aux dires du radiologue, nous verrons alors quelle sera la durée de la prolongation, quelles seront les choses à prendre en compte sur le plan physique (son épaule est désormais plus courte de plusieurs centimètres que l’autre), sur le plan professionnel aussi puisqu’il est évident aujourd’hui que Zamour ne pourra plus faire le même travail (ce qui n’est pas un mal à mon sens vu les efforts physiques à faire). Nous avons quelques inquiétudes au sujet de son arrêt de travail dans la mesure où l’indélicatesse d’un autre médecin L. a jeté le bazar dans la continuité de nos jours, faisant peser une menace non négligeable sur notre quotidien sur un plan financier ! ce ******** indélicat (on se demande à quel point il était dans un état dit normal puisqu’il a conseillé à Zamour d’arrêter les antalgiques pour prendre un bon verre de vin avant d’aller se coucher, on croit réver, mais promis je n’exagère pas, c’est trop incroyable pour être inventé) a piqué une grosse colère lorsqu’il a constaté qu’il ne pouvait pas appliquer son tarif de consultation majorée (dans la mesure où Zamour est en accident du travail) et n’a rien trouvé de mieux que de nous accuser d’essayer d’escroquer la sécurité sociale ! Quand je pense à toutes ces années durant lesquelles Zamour a travaillé en souffrant le martyr, mettant même sa vie en danger en conduisant d’une seule main tant son épaule le faisait souffrir, franchement je ne sais pas ce qui m’a retenue, en fait je me suis lâchée par fax interposé, lorsque nous avons eu confirmation par notre médecin traitant que ce L. n’avait pas le droit de remettre en question le statut d’arrêt de travail pour AT. Sauf que « bizarrement », à la suite de ces échanges des plus cinglants, Zamour s’est trouvé convoqué auprès du médecin contrôle de la région (qui a une sale réputation), que ce monsieur ne l’a même pas examiné et a décrété que les suites de l’opération devait se dérouler sous le statut d’arrêt maladie, ce qui n’est plus du tout la même chose, les indemnités journalières étant quasiment divisées par deux (ce qui ne nous permet plus d’assurer les charges fixes de la maison), le tout avec bien sur effet rétroactif puisqu’à entendre ce ******, Zamour n’était plus en AT à la veille de l’opération, gggrrrrr !!!!!!! (je vous passe la litanie des noms d’oiseaux –les pauvres zozios- dont j’ai pu affubler ces deux personnages). Enfin, nous sommes condamnés à attendre que le couperet tombe en quelques sortes, pour l’instant nous n’avons pas encore reçu le courrier annonçant la décision fatale qui de toute manière sera contestée !

 

Et pendant ce temps là… à suivre dans le prochain post, dans les prochains jours.

Publié dans Vie de tous les jours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Morrigan Darkmoon 31/03/2011 18:33


p**** je savais pas ça !!! évidemment, l'accident de travail, c'est moins rentable... quel ***nard ce toubib de m*** (mode furax, désolée pour les p'tites n'étoiles, mais là... **** de **** de
****)


Lisenn 31/03/2011 17:21


Quel con ! De toute façon tu peux saisir le médiateur CPAM !!!