En attendant les vacances

Publié le par nathasarah

Alors que la neige tombée récemment n’a pas fini de fondre et que les jours commencent à s’allonger, nos esprits se trouvent, comme chaque année, tournés vers une petite région de France, dans laquelle nous savons déjà que nous trouverons calme, paix et sérénité…

 

Alors que je me refusais à pratiquer encore une fois le camping pour les vacances qui n’en sont rapidement plus à cause de toutes les corvées dont il faut s’affranchir dans un inconfort notoire, j’étais partie en quête d’un type de séjour abordable financièrement tout en nous permettant de bénéficier de vraies vacances. C’est ainsi que je découvrais un gite dans un minuscule village de la montagne ardèchoise : Borne.

  

Niché au creux d’une petite vallée du massif du Tanargue, ce petit village demande de faire fi du vertige car les derniers kms se font à flanc de montagne sur une petite route où les voitures ne peuvent se croiser faute de place. Fort heureusement, la vue très dégagée permet de savoir si un autre véhicule vient à votre rencontre, vous permettant ainsi de patienter gentiment sur une aire prévue à cet effet. Inutile de s’énerver dans ces cas là, il suffit d’en profiter pour admirer le paysage extraordinaire qui nous est offert.

 

borne-mg BORNE2

 

Le massif du Tanargue culmine à plus de 1500 mètres et se trouve être le point de séparation des eaux entre l’océan atlantique et la mer méditerranée : en fonction du versant sur lequel tombe la pluie ou s’écoulent les rivières, les eaux vont vers l’une ou l’autre de ces étendues d’eau. Le nom de Tanargue vient du celte Taranis, cette montagne serait en effet le lieu où le dieu celte du ciel, du tonnerre et des éclairs serait venu s’installer pour se reposer. Les habitants de la région l’appelle aussi le mont du tonnerre en référence aux orages particulièrement sonores qui arrivent parfois (les claquements du tonnerre sont amplifiés et répercutés le long des flancs de la montagne, ce qui fait un bruit effrayant pour ceux qui ne le savent pas).

 

Le petit village de Borne est très ancien : on trouve son nom cité dans des documents du 12ème siècle et une légende raconterait sa fondation au 5ème siècle lorsque la fille d’un gouverneur romain d’Alba la Romaine y aurait trouvé refuge pour échapper aux conflits se déroulant dans la région. A quelques mètres du centre du village, la tour du château des seigneurs de Borne dresse encore fièrement sa silhouette sur la rivière qui coule à ses pieds. Des travaux de restauration ont été menés pour préserver cet héritage vivant, malheureusement, nous avons appris récemment que les conditions climatiques avaient entrainé la chute d’un morceau de roche qui a abimé ce qui avait été réalisé (sujet d’inquiétude chez nous qui avons une tendresse toute particulière pour cette tour que nous voyons chaque jour dès le lever du soleil).

 

 

LA TOUR         CCCC.jpg
 

Tout autour du village se trouvent des forêts anciennes où se mélangent hêtres, sapins et chataigniers qui vous offrent leur fraîcheur pendant les chaudes journées d’été. C’est aussi le domaine des rapaces (circaète et busard cendré) et des loutres sont même revenues habiter dans la rivière de la Borne.

 

CHATAIGNIER  250px-Circaetus gallicus 01 
busard cendré male  loutre

 

Et le plus beau de ce village réside en la personnalité de ses habitants qui nous ont offert leur amitié dès la première fois que nous sommes venus, il y a maintenant une douzaine d’années : Magalie, Thierry et leur petite puce de deux ans Romane qui sont les plus jeunes du village, éleveurs de moutons qui sont toujours prêts à vous aider malgré les nombreuses activités qui les occupent du lever au coucher du soleil, Henria, la mémoire du village, charmante vieille dame de plus de 80 ans qui est née et a grandi à Borne sans le quitter, dont la voix fluette et chantante s’élève le matin tandis qu’elle s’occupe de son petit jardin. Et d’autres encore que j’oublie et dont j’espère qu’ils ne m’en voudront pas trop…

 

Pour faire court, ce village est extraordinaire, son atmosphère vous enveloppe de douceur et de sérénité dès que vous y entrez, notre z’ado change du tout au tout dès qu’il aperçoit ne serait-ce que le nom sur les panneaux indicateurs, et retrouve des vraies valeurs que nous oublions dans la vie de tous les jours, emportés par son rythme effréné.

 

Alors voilà, nous commençons à compter les semaines qui nous séparent de notre prochain séjour dans ce havre de paix, une tendre pensée pour tous ces gens devenus des amis, même lointains, au fil du temps et nous rêvons de soirée autour d’un feu de camp dans les parfums de la nuit qui tombe, bercés par les rires et les chants accompagnés par une guitare qui a bien vécu elle aussi … des moments d’un bonheur tout simple que nous avons hâte de retrouver…

 chemin.JPG

Publié dans Vie de tous les jours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NightWind 17/01/2010 17:45


Mmmmm, ça donne envie ! Même si ce n'est pas une île déserte, c'et suffisamment le bout du monde pour pouvoir s'y ressourcer.