Crémieu : les médiévales 2010

Publié le par nathasarah

Comme chaque année, nous attendions avec impatience le déroulement des fêtes médiévales de Crémieu, pour une fois, nous n’avons pas trop de route à faire puisque nous habitons à quelques kilomètres seulement de cette ville autrefois réputée, notamment au moyen âge, avant que son déclin ne s’amorce, conséquence irréversible d’une répression organisée contre une partie de la population qui détenait la majeure partie des moyens financiers indispensables à la vie de toute cité d’alors.

emmanuelle mandragore En tout premier lieu, nous avons mis un point d’honneur à rendre visite à Dame Emmanuelle qui avait fait le déplacement jusque là, abandonnant pour le week end sa boutique, la plus réputée de la région lyonnaise, à savoir « La Mandragore », située dans le quartier St Jean. Si nous n’avons pas effectué nos achats ce jour là, nous avons pu constater qu’une fois de plus, Dame Emmanuelle avait des trésors qui feront tout à fait l’affaire pour  le futur mariage à préparer (robe, tunique et autres superbes articles que je ne peux citer ici, je sais que les futurs mariés viennent parfois lire mon blog) et donc nous avons prévu de lui rendre une visite à Lyon pour conclure nos achats.

 

 

 

 

 

 

Si la parade annoncée se déroula sans embûche, je n’ai pu m’empêcher d’être quelque peu déçue, notamment par les matières utilisées par certains participants, la pire horreur aura été de voir des pseudo camails (cagoule faite normalement avec des anneaux de métal assemblés comme pour les cottes de maille) faites avec du tissu en lamé !!! Il faut souligner le mérite d’autres participants qui ont fait l’effort de coller le plus possible avec les personnages qu’ils devaient évoquer.

Une nouveauté cette année m’a vraiment ravie :  la multitude de civilisations et cultures représentées telles que les Maures et Croisés (qui ont défilé en criant « Dieu est grand » et « Allah… » je ne sais comment s’écrit la suite, aussi ne le tenterai-je pas par respect pour cette langue que je connais pas), quelques Mongols, des Celtes et Ecossais (j’avoue avoir eu du mal à retenir mes larmes au son de la cornemuse qui me bouleverse toujours autant) et également d’autres créatures fantastiques faisant référence aux mythes et légendes (j’ai adoré la réflexion d’un petit garçon juché sur les épaules de son père qui voulait que ses parents l’emmènent auprès du loup garou pour lui expliquer qu’il ne fallait pas faire peur aux enfants pour qu’on l’aime, à n’en pas douter cet enfant a une ouverture d’esprit hors du commun qui fait plaisir à constater, en espérant qu’il garde cette innocence le plus longtemps possible).

 

barbares croisés et maures

des Barbares et la troupe des Maures et des Croisés 

 

êtres bizarres  elfe roi

des Etres sortis des contes et légendes suivis de près par le Roi des Elfes et son serviteur 

 

 

gueux  maures flammes

 les Gueux suivi par des ballets de feu offerts par les artistes de la troupe des Maures

highland1  musiciens

des musiciens écossais qui m'ont faite pleurer et d'autres qui nous ont enjoués

 

justice tripoteur  danse

un "tripoteur" promené par sa victime en guise de punition et quelques belles qui célèbrent cette belle journée par quelques pas de danses endiablées.

  

Nous avons ensuite déambulé à la recherche de ce que nous avions connu autrefois, lorsque nous étions nous même participants à cette fête, mais nous avons été fortement déçus car la fête semble être devenue plus un grand marché artisanal en lien avec tout ce qui peut toucher de près ou de loin (voir de très loin même) avec la période médiévale. Il n’y a plus d’improvisations parsemées au fil des rues, l’organisation de cette fête est peut être plus professionnalisée mais elle a grandement perdu en spontanéité : j’ai le souvenir de notre barbare de fils en train de « voler » du matériel à des passants, poursuivi bien sur immédiatement par des « gentils » qui ramenaient les biens à leurs propriétaires à grands renforts de « ce manant sera châtié » qui faisaient sourire tout le monde (bon je l’avoue, la dame qui a vu son yorkshire enlevé pour servir de garniture à un sandwich ne riait pas et elle a été la seule à véritablement réagir en sauvant son compagnon à grands coups de sac à main, déclenchant l’hilarité générale et des hourras plus appréciables encore, le pari était réussi, l’échange avait eu lieu).

 

grimages les-arbrolds-l--arbre

Pour finir ce qui aura été plus une visite que le véritable plongeon dans le temps que nous espérions, nous nous sommes rendus à la boutique des Arbrölds afin de nous gorger de la magie des lieux (oui, c’est bien un arbre qui trône au milieu de la boutique, nous en rêvons pour notre salon mais restons raisonnables pour une fois, dommage cela aurait fait plaisir à Kyra). Notre future mariée a ainsi pu trouver le grimoire de cuir qui lui servira de livre d’or et d’album photo pour garder les précieux souvenirs de cette journée encore à venir.

 

Voilà, ce fut tout de même un week end agréable par les différentes rencontres que nous avons pu faire mais nous espérons tout de même que la spontanéité reviendra en ces lieux, à cette occasion très précisément…

Publié dans Vie de tous les jours

Commenter cet article