Compte à rebours...

Publié le par nathasarah

uitde.jpg

25 août.. malgré tout ce que l’on peut y faire et le refus de regarder les choses en face, pas le choix, il faut accepter l’arrivée imminente de ce que beaucoup appréhende :  la « rentrée » ! mot étrange d’ailleurs, pour « rentrée » ? pour nous faire comprendre qu’il faut rentrer dans un moule (de toute manière qui ne nous convient pas), dans un système encore plus effrayant de monotonie et d’obligations diverses, toutes plus ou moins aliénantes voir traumatisantes tant elles nous prennent à la gorge et nous obligent à être autre chose que ce que nous sommes réellement !

 

1533854389_00159907fb.jpgBref, passons sur ce terme des plus mal choisi… je viens d’aller voir Zadosicien qui peut encore dormir un sourire sur les lèvres sans avoir à se préoccuper de ce qui recommencera à dicter sa loi d’ici quelques jours. Pour un peu, je ferai bien comme lui et me glisserai sous une couette bien douillette avec un compagnon à quatre pattes pour me faire des câlins et veiller sur les rêves que je pourrais encore faire. D’ailleurs, avez-vous remarqué que nous avons toujours l’impression que les zados, les zenfants aussi, donnent toujours l’impression d’avoir grandi de manière surprenante dès que les congés d’été sont là ? Je m’étais souvent interrogée sur cet état de fait et j’ai enfin compris ! Ce n’est pas tant qu’ils grandissent à ce point là, mais surtout que libérés du poids de tout ce qui va à l’encontre de leur nature, ils peuvent enfin se redresser et nous offrir ces regards lumineux emplis de rêves qui leur ont été interdit pendant les autres mois de l’année ! Triste constat à mon avis mais qu’y faire ? Je n’ai pas encore trouvé de réponse, obligée moi aussi de plier pour ne pas rompre, muselant les cris que j’ai envie de pousser pour ne pas déranger (enfin en public tout du moins…).

piano.jpgFort heureusement, ces derniers jours ont été satisfaisants pour Zadosicien et du coup pour nous aussi (c’est un tel bonheur de le voir heureux, serein). A l’occasion d’une visite chez une collègue de mon Zamour de mari, Zadosicien a pu laisser s’exprimer son âme de musicien sur un piano à queue, avec des lueurs dans les yeux, voilà quelque chose qu’il n’avait encore pas vu en « vrai » et encore moins espérer faire en « vrai » là aussi (je vous rassure, j’ai tout de suite prévenu que : non, c’est pas possible, un instrument comme ça ne rentrera ni dans ta chambre, ni dans le salon…ouf !!!). Du coup, nous ne l’avons pas ou presque revu de l’après midi mais avons profité des notes qui nous parvenaient à l’extérieur (je n’allais pas râler qu’il  ne venait pas au soleil, il avait le sien dans la tête et dans les yeux à ce moment là…). Plus tard dans l’après midi, arriva la sœur de la collègue de Zamour. Zadosicien en avait entendu parler et je craignais que le fait de savoir que celle-ci avait fait le conservatoire de musique ne lui coupe les doigts d’intimidation. Eh bien non, certes nous l’avons encouragé à demander des astuces, à bénéficier d’un petit cours perso, mais il a trouvé seul le courage de demander l’avis de cette musicienne et a virer au rouge cramoisi dans les instants qui ont suivi, dès qu’il a eu fini de jouer un morceau de sa composition. Sincèrement, j’espère qu’il a vraiment bien entendu et surtout intégrer les mots qu’elle lui a dit « Je n’ai plus rien à t’apprendre, ce serait à toi de me donner des cours pour m’apprendre à improviser comme tu le fais, ça je ne sais pas faire ! »… j’avoue que je ne m’attendais pas à ça non plus, Zadosicien joue quand même très bien mais je ne pensais pas que les quatre cours de piano qu’il a pris il y a deux ans maintenant auraient suffi… après tout tant mieux, Zadosicien peut être fier de lui et surtout avoir un minimum de confiance en lui !

o1pzr9uy.jpgLa confiance en soi… voilà quelque chose de tellement précieux ! pour être quelqu’un qui doute relativement souvent, je sais combien le manque de ce sentiment peut faire de dégât en vous empêchant de vous exprimer à grand coup de « je ne sais pas faire, je n’y arriverai pas » alors qu’on a pas encore essayer… oui je sais, j’en connais qui rigole ou secoue la tête en lisant ces lignes, ce à quoi je répondrai que ce n’est déjà pas mal d’en avoir conscience, il reste après à oser, ce qui n’est pas toujours facile, mais j’y travaille (si si !!!), pour Zadosicien en premier lieu en l’encourageant et pour moi aussi (ce n’est pas tout de le dire, il faut aussi montrer l’exemple). En tout cas, j’espère que les personnes que Zadosicien a rencontré et avec lesquelles il a échangé tout au long de l’été, auront réussi à lui redonner cette confiance en lui qu’il avait perdu, le sourire qu’il affiche aujourd’hui et la répartie qu’il a retrouvé ces dernières semaines me laissent penser qu’il est revenu sur la voie qui est la sienne (que les Dieux m’entendent et l’accompagnent !)

Et voilà, je m’interroge, me retourne les neurones un coup dans un sens, un coup dans l’autre, essayant de deviner ce que seront ces prochains mois… nouvelle année scolaire pour Zadosicien qui est bien décidé à se battre pour valider son projet de vie future, même s’il faut pour cela que je reprenne la bataille (un grand merci au passage à ma Sœur D’âme qui sait toujours me conseiller dans ces cas là)… nouveau boulot pour moi, quand je l’aurai trouvé (pour l’instant c’est le néant, je postule mais n’obtiens pas de réponse, quelqu’un doit agir pour me permettre de rester auprès de Zadosicien encore quelques semaines, c’est à croire…). En attendant l’heure tourne, je vais prendre un énième café pour compenser les heures d’insomnie et me mettre à l’ouvrage, comme on dit…

Mais avant, c’est décidé, je vais agrandir la photo qui suit et la mettre partout où cela sera possible : celle d’un Zadosicien heureux de vivre et qui s’élance sans peurs, en toute confiance, offrant au monde un éclat de rire qui a fait pâlir le soleil !!!

P8070068.JPG

Publié dans Vie de tous les jours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article