Après de longues semaines de silence...

Publié le par nathasarah

Que le temps passe vite ! Comme le courage me manque parfois devant cette fuite temporelle que rien ne semble pouvoir ralentir, vouloir la stopper revenant à vouloir assécher un océan avec une cuillère percée !

Déjà… punaise six semaines ! que je n’ai rien écrit sur ces pages, je m’en voudrais presque si la fatigue de ces dernières semaines en question ne me ramenaient pas à la réalité qui est ce qu’elle est, qu’il faut accepter en toute humilité : on a des limites qui ont vite fait de nous rappeler à l’ordre si on tente de les dépasser, ce que j’ai fait, je l’avoue, en bonne « tête de mule » que je suis ! Enfin ça vous le saviez déjà ^^

horloge.jpg

Et alors que je remonte le cours du temps dans mes souvenirs, je m’aperçois qu’il y a tant et tant de choses qui se sont passées que je suis dans l’obligation de faire un choix si je ne veux pas vous assommer avec tout un tas de petits évènements qui, certes, influent sur le cours de nos vies, mais qui ne seront pas pour vous d’un grand intérêt. Oh grand jamais je ne voudrais vous ennuyer avec de fades mots qui vous voleraient à vous aussi un temps des plus précieux.

Ainsi donc, dans mon dernier billet, je vous parlais de la fête de Samhain que nous avons finalement passé dans la maison, la pluie ayant décidé de s’inviter sans aucun égard pour nos projets auxquels nous n’avons pas renoncé ! 18 personnes se sont retrouvées à l’intérieur, au milieu du salon, réaménagé pour l’occasion, certaines connaissant déjà le déroulement de la soirée, d’autres la découvrant avec curiosité, le tout dans un respect total, ce que j’ai beaucoup apprécié car nous savons tous qu’aujourd’hui il est parfois difficile de vivre sa spiritualité en toute liberté et à la vue de tout le monde (je l’avoue, j’ai tout de même gardé le silence sur certaines choses que j’ai pratiquées plus tard). La journée avait été consacrée au travail concernant notre projet de film d’animation, alternant les crises de rires, toujours à cause des interventions de Mister CutterMan s’inquiétant des réactions de notre spectateur Lambda, des préparatifs de repas (fort heureusement notre Barbare s’est dévoué pour s’occuper de la soupe de pois cassés au lard, attendue par tous les habitués).

31102010c.jpg

Dans un coin de la maison se tenaient d’un coté le mini autel que j’avais tenu à installer, mêlant rameaux de chêne, fusains et fougères , de l’autre la non moins traditionnelle citrouille évoquant celui que nous appelons ici Mister Jack. La cérémonie (toute personnelle) du moment du Passage (appellation personnelle là aussi) s’est finalement déroulée devant la cheminée dans le plus grand recueillement de la part de ceux qui voulaient y participer, puis une mini interprétation improvisée a clôturé la soirée, chacun reprenant la route après une heure du matin, me laissant seule mais le cœur empli d’une joie sereine pour laquelle j’ai remercié qui de droit (celles et ceux qui savent, comprendront…).

PB010008.JPG

Les semaines passant, nous sommes arrivés à l’instant où nous devions nous rendre auprès du chirurgien orthopédique qui, nous l’espérions de tout cœur, aurait peut être la réponse au problème de santé de Zamour, en arrêt de travail depuis quasiment deux mois maintenant, le seul poids de son bras lui devenant insupportable au bout d’un petit quart d’heure. Après de longs instants à pester contre les ingénieurs des ponts et chaussées, qui n’ont rien trouvé de mieux que de réduire à une seule voie d’accès les trois voies existantes précédemment (je vous épargnerai le nombre de kms de bouchons que cela occasionne à n’importe quel moment de la journée –je plains sincèrement ceux qui n’ont pas le choix et doivent y passer chaque jour !), nous avons fini par nous retrouver auprès de ce médecin qui nous a annoncé, oh joie !!!, qu’une nouvelle solution existait depuis un an seulement : une nouvelle prothèse mise en place sur les personnes ayant le même problème que Zamour (prothèse snooker ball implant d'interposition d'épaule)et qu’en prime il faisait partie des sept chirurgiens en Europe à pratiquer des interventions avec ce matériel tellement nouveau qu’il n’est pas encore commercialisé !

J’avoue, et vous le comprendrez très certainement, que ce fut avec un réel soulagement que j’ai entendu Zamour dire qu’il voulait être opéré dans les meilleurs délais, ce que je n’aurai pas garanti dans la mesure où lui me parlait des risques et effets secondaires à chaque fois que j’évoquais ladite hypothétique opération qui de toute manière était impossible ne serait-ce que deux ans auparavant…  Ainsi donc, Zamour devrait être remis sur pied, ou presque, dès le prochain printemps, grand soulagement pour nous tous, pour lui en priorité, enfin libéré de cette souffrance permanente, épuisante… Une raison de plus pour nous d’attendre les beaux jours avec impatience !

 

imagesCAI873S6.jpg

Publié dans Vie de tous les jours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article