Rencontre prometteuse pour notre film 1

Publié le par nathasarah

Et  voilà la deuxième partie des nouvelles qui méritent d’être relatées :

Le projet du film de mon premier roman avance très bien, surtout depuis ces dernières semaines. Je ne résiste pas à l’envie de vous raconter les derniers évènements qui vont suivre.

 

A l’occasion d’un déplacement, j’apprend par le plus grand des hasards, que la foire internationale de Lyon qui se déroule chaque année va avoir tout un espace réservé au domaine du cinéma. Bien entendu, une petite voix puis celle de ma soeurcière me disent « Mais vas y donc y faire un tour ». Après avoir tergiversé pendant quelques jours, je me suis donc renseignée sur les animations proposées et le programme étant des plus alléchants (prises de vues, effets spéciaux, personnalités et autres amusements), je me décide à m’y rendre, profitant d’une matinée de libre.

Il m’aura fallu une bonne dose de culot pour finalement oser imprimer quelques scénarios et synopsis et me présenter à l’ouverture de la foire de Lyon au petit matin, pour éviter le plus possible la foule qui n’aurait pas été des plus recommandée, même si je ne savais pas du tout à quoi m’attendre.

Petite anecdote au passage, démontrant qu’une fois de plus, celui ou celle que j’appelle « Saint Nazard » ne fait pas les choses à moitié, j’avais au départ prévu de faire ce déplacement le samedi précédent et grâce donc à Saint Nazard, je me suis rendue compte que je n’avais pas de synopsis à présenter, le scénario ayant été modifié entre-temps, suite aux conseils d’un responsable de production qui m’avait vivement recommandé de réduire le temps de film à deux heures maximum (encore merci à ma soeurcière d’avoir passé le scénario à la débroussailleuse et un grand bravo pour avoir réussi à garder l’essentiel de ce qui sera prochainement sur les écrans – oui j’y crois et tant pis si je suis la seule !). Merci donc Monsieur St Nazard d’avoir mis en place ce contretemps qui m’aura permis de refaire en urgence un synopsis adapté à mon scénario.

 

Me voici donc, dans le petit matin frileux où moi je n’en pouvais plus de chaleur due à l’émotion très certainement mais d’une « zénitude » exceptionnelle, renforcée par un extraordinaire, incompréhensible sentiment d’être à ma place, au bon endroit, au bon moment…

Publié dans Sarah - le Film

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article