Les Fêtes des Sorcières

Publié le par nathasarah

Le nouvel an païen se déroulant dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, il est logique de commencer par la première fête qui se situe pour nous actuellement à la fin de l’année traditionnelle.

Samhain – 31 octobre : C'est le début du cercle des saisons, le 1er jour de l'année des sorcières. Par cette fête on reconnaît le déclin du soleil. Les chrétiens ont transformés cette fête automnale en fête de tous les saints, appelée veille de novembre et aujourd'hui Toussaint. Elle est également connue dans les pays anglo-saxons sous le nom de "Halloween". C'est le moment de l'année où la Déesse de l'été transmet son pouvoir au Dieu de l'hiver, le Dieu Cornu.

Yule - 21 décembre : Cette fête célèbre la renaissance du soleil. Elle marque la première journée de l'hiver, la nuit la plus longue de l'année. Le jour de Yule correspond au solstice d’hiver : à partir de cette date les jours s'allongent. Les anciens craignaient que le soleil ne revienne plus et que l'univers reste plongé dans l'obscurité. Ce jour deviendra (à compter du 4ème siècle après JC) le Noël chrétien fixé au 25 décembre par le pape Télesophe. C'est une fête joyeuse riche en décoration. D'ailleurs, la plupart des symboles associés à Noël sont païens plutôt que chrétiens : la bûche, le houx et le gui, le sapin.

Imbolc – 2 février : Cette fête, également connue sous le nom de fête de Février ou Chandeleur, marque la fin de l'hiver et annonce les premiers signes du printemps. C'est la fête du feu, une fête de la lumière dédiée à la déesse celte Brigid. Cette fête célèbre la croissance spirituelle, la purification et les nouveaux départs. C'est l'occasion pour se débarrasser des encombrements du passé.

Ostara – 21 mars : Par cette fête on reconnaît le retour espéré du soleil : les champs commencent à fleurir, les jours et les nuits sont égaux. On fête l'arrivée du printemps, le retour de la déesse et le réveil de la nature. Les Saxons dédiaient ce sabbat à Eostre, déesse saxonne de la fertilité ou à Ostara, déesse germanique de la fertilité. D'autres traditions païennes honorent la déesse verte et le seigneur des bois. Toutes les festivités reliées à la célébration d'Ostara tournaient autour des champs et des semailles : les invocations étaient destinées à demander le retour du soleil afin de réchauffer le sol. Le jour d'Ostara correspond à l'équinoxe de printemps, quand la nuit et le jour sont égaux.

Beltane – 1er mai : Cette fête célèbre essentiellement le retour du printemps et du soleil. Cette fête du "May Day" marque l'arrivée des premiers fruits de la saison. L'origine de Beltane remonte aux druides qui célébraient, à cette date, un festival du feu. Pour l’anecdote, la chrétienté déconseilla les mariages au mois de mai, de manière à ce qu’aucun enfant ne naisse au mois de février, mois dit mois de naissance des sorcières…

Litha – 21 juin : Nommée LITHA par les païens, c'est également la fête de la Saint-Jean pour les Chrétiens. On fête la renaissance et la fertilité. Il est de coutume de danser des rondes autour de grands feux de joie. Ces "feux du besoin" sont censés donner de l'énergie au soleil. Le solstice d'été marque la journée la plus longue de l'année : c'est l'apothéose du cycle solaire. C'est le moment de placer une couronne de feuilles de chêne sur la tête de Cernunnos, consort de la déesse. Le jour de Litha correspond au Solstice d’été. Le Soleil est à l’apogée de son pouvoir.

Lammas – 1er aout : On fête ici les premières récoltes. Egalement connue sous le nom de Lughnasadh (en référence au Dieu celte Lugh, dieu du soleil) c'est le moment où l'on sent imperceptiblement l'approche de l'ombre. On remercie de ses bontés la Déesse Mère de la terre. Lammas est le jour de la fête du pain.

Mabon – 21 septembre : C'est la fin du cycle productif de la nature pour l'année. Une légende grecque raconte qu'en ce jour, Hadès, dieu du royaume des morts, aperçut Perséphone et en tomba immédiatement amoureux. Il l'enleva afin qu'ils règnent ensemble sur les enfers. Sa mère, Déméter, la déesse des récoltes, ne trouvant plus sa fille, tomba dans un chagrin et un désespoir tel que les fleurs, les arbres et toutes les plantes se flétrirent. Les dieux de l'Olympe, veillant sur les humains, parvinrent à un compromis avec Hadès, pour le retour de Perséphone : elle passerait 6 mois de l'année avec Hadès dans le royaume des ténèbres et 6 mois sur terre avec sa mère. Déméter, en guise de représailles, annonça que durant les 6 mois passés avec Hadès, la nature porterait son deuil et que rien ne pousserait sur la terre. Le jour de Mabon correspond à l'équinoxe d’automne : le jour et la nuit sont égaux.

Publié dans Les Sorcières

Commenter cet article