Une journée décevante... pas sûr...

Publié le par nathasarah

Quelques semaines après avoir terminé d’écrire mon scénario, je reçois l’invitation d’une boutique médiévale du vieux quartier Saint Jean à Lyon, m’offrant la possibilité d’avoir un petit stand pour vendre mon roman « Le Destin Secret de Sarah », cela pendant tout un week end, juste avant noël. J’avoue que la perspective de pouvoir vendre quelques exemplaires de mon roman par moi-même me réjouissait énormément et j’ai bien sur tout de suite accepté.
Me voilà donc en train de préparer tout un tas de documentations diverses à but éducatif pour agrémenter mon stand, toute excitée en pensant que j’écoulerai le stock de livres que j’avais alors à la maison…
Ainsi me voilà bravant le froid de ce 22 décembre, l’esprit encore tout illuminé des festivités de Yule que j’ai célébré la veille, attendant mes futurs lecteurs, prête à faire de mon mieux pour transmettre ce qui est ma vie depuis maintenant quelques années.
Au fil des heures, de plus en plus frigorifiée, je finis par accepter le fait que les bourses des passants devaient bien être au moins aussi vides que la mienne, le tout en chassant du mieux possible de mon esprit un constat navrant : la lecture n’est plus à la mode, d’autant plus lorsque l’auteur ne fait pas partie du showbiz ou tout du moins qu’il est carrément inconnu des masses médias (il n’est pas là pour moi question de faire du mauvais esprit, ainsi que je le disais, ce n’est qu’un triste constat).
Les heures filaient les unes après les autres, le froid se faisant plus mordant au fil de la journée sans qu’il parvienne à atteindre mon moral pour autant. Vers la fin de l’après midi, un groupe de jeunes gens arrivèrent et engagèrent la conversation, quel beau rayon de soleil que cette jeunesse en soif de savoirs, certes ne correspondant pas aux critères de notre époque mais tellement plus vrais, plus profonds.
Me voilà donc partie dans de grandes discussions, ponctuées de rires et de plaisanteries, avec Yoan, Laurent, Elise, tous trois bientôt rejoints par mes deux fils qui avaient eu la très bonne idée de venir soutenir leur mère pendant un moment. Il ne fallut pas plus de cinq minutes pour que tous deviennent copains comme cochons, partageant points de vues et fou rires, me convaincant que c’était peut être là le but de cette journée finalement…
Le premier jour se termina quand même sur une vente (enfin) et c’est frigorifiée que je retrouvais ma voiture pour rentrer au chaud à la maison, avec la seule envie de me remotiver pour affronter la journée du lendemain.
Et le lendemain fut identique au jour précédent, froid, solitude, sourires gênés de ceux qui n’osaient même pas me regarder, peut être de peur que je les agresse avec mes livres, allez donc savoir, j’avais renoncé à comprendre, me réconfortant avec le souvenir des éclats de rires de la veille.

Je ne savais pas encore quel avait été l’enjeu de cette journée, la réponse à la question que je ne me posais même pas me serait donnée quelques semaines plus tard….

Publié dans Sarah - le Film

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article