Lorsque vos personnages ...

Publié le par nathasarah

Lorsque vos personnages deviennent de plus en plus réels...

Jour après jour, je commençais donc à coucher sur le papier cette nouvelle manière de transmettre l’histoire de Sarah, qui ne me quittait plus d’un pouce.


Aussi fou que cela puisse paraître, sa voix et celles des autres personnages commençaient à prendre des accents de réalité que je ne leur avais pas encore entendus (promis, je ne suis pas schizophrène). Il m’est même arrivé, déjà à ce moment là, d’observer les gens qui m’entouraient au hasard de mes déplacements, cherchant sur les visages, dans les expressions, les traits de caractère de mes personnages. Au fur et à mesure que l’écriture du scénario avançait, je me voyais en train de tournoyer autour de mes personnages, tel un courant d’air, cherchant quelle serait la manière la plus adaptée pour véritablement faire passer les émotions que je voulais exprimer, puisque là, plus question d’exercice de style littéraire, il fallait se mettre dans la peau d’un spectateur et ressentir ce qui serait plus susceptible de le toucher.

 

Je réalisais ainsi, au fil des quelques mois à travailler à l’adaptation du roman en scénario, que mes lecteurs avaient eu raison de me faire part de leur enthousiasme et que finalement, en faisant quelques efforts quant au style d’écriture, il n’était pas si difficile de se limiter en écriture, même si cela continuait de me faire râler et parfois désespérer (j’avoue humblement que je me suis surprise moi-même lorsque j’ai repris l’écriture de mon troisième roman à écrire plus dans un style scénaristique que littéraire).

 

La détermination et l’imagination travaillant de concert, je me retrouvais bientôt à m’interroger sur la manière qu’aurait un réalisateur d’appréhender ce que je tentais de transmettre par mon scénario, tant les images étaient nettes pour moi (dommage que je n’ai pas le moyen d’imprimer directement sur la pellicule ce qu’il y a dans ma tête, cela serait plus rapide et moins compliqué surtout). Et tout naturellement, lorsque j’évoquais ce doute avec les deux seules amies auxquelles je parlais alors de ce que je nommais, et nomme toujours d’ailleurs "mon projet de barge", je ne faisais pas encore attention au  fait que je disais déjà "il faudra que la scène se déroule comme ceci ou comme cela avec tel ou tel mouvement de caméra"…

 

Lorsque j’y pense à présent avec le recul, je dois être honnête et reconnaître qu’il n’est pas sur du tout que j’ai eu l’intention à quelque moment que ce soit de confier l’histoire de Sarah à quelqu’un d’autre… j’avoue que je ne sais pas trop mais une chose est certaine, Sarah est une partie de moi, et je ne permettrais à personne de trahir son histoire en la dénaturant par je ne sais quelle mise en scène à la mode…

 

Tiens, maintenant que je relis ces quelques phrases, une question me vient :

 

Le terme de "barge" ne désigne-t-il pas aussi une embarcation ? où me mènera –t-elle donc ???

Publié dans Sarah - le Film

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nathasarah 25/08/2008 01:55

09/06/2008 @ 12:39:14 Commentaire de: Laurie
Bien le bonjour, Nathasarah !
Il est vrai que notre rencontre tient d'un incroyable concours de circonstances (merci à Yoann et à cet après-midi à Mandragore, sans quoi nous n'aurions peut-être jamais pris contact !)
J'espère sincèrement que ce projet qui est en phase de pouvoir se réaliser (enfin je crois) verra le jour et que cette aventure ne s'arrêtera pas de sitôt !

Kat 25/08/2008 01:54

12/04/2008 @ 07:49
Je pense tout simplement qu'il faut que tu te laisses porter par le courant. C'est un grand projet, et je sais combien il te tient à coeur... alors peu importe si cela semble parfois un peu fou, il faut que tu le poursuives, ne serait-ce que pour voir jusqu'où la barge voudra bien t'emmener ! ;-)