L'histoire

Publié le par nathasarah

Au coeur de la région du Dauphiné qui l'a accueillie alors qu'elle n'était qu'une enfant, Sarah reçoit les savoirs ancestraux qui lui permettront d'aller au bout de ses croyances et de ses convictions.
Malgré la cruauté de l’inquisiteur Lazarus qui causera la perte de nombreux amis de la jeune femme devenue ce qu’il était convenu d’appeler une sorcière, malgré la folie d’Albérade qui n’écoutera que sa jalousie et son fanatisme, Sarah suivra le chemin douloureux de sa destinée extraordinaire, soutenue par celles et ceux que les Dieux lui auront envoyés au hasard des routes menant de Crémieu à Lyon.
Riche de ses dons et des secrets qu’elle a reçus, Sarah saura regarder au-delà des apparences, écouter au-delà des mots, et accordera son pardon pour mener à bien la tâche qui lui a été confiée par la Déesse Mère.
En hommage aux terribles sacrifices consentis par la jeune femme, entre légendes et réalités, le merveilleux amour de Sarah et Gauthier s’accomplira, par delà le Temps et l’Espace, perpétuant les cultes éternels…

« Oh Déesse Mère,
Mère de tous les êtres vivants,
Que votre puissance divine
Emplisse de Lumière et d’Amour
Chacun des êtres de ce monde… »


Publié dans Sarah - le Livre

Commenter cet article

nathasarah 25/08/2008 01:46

06/03/2008 @ 09:50:30 Commentaire de: Arkania
D'après tes explications, l'histoire me paraît bien ficelée et me met l'eau à la bouche...
Je te souhaite d'aller bien au-delà et qu'une nouvelle série voie le jour sous tes doigts.
Bonne chance pour l'avenir.

nathasarah 25/08/2008 01:45

Commentaire de : Kat 21/02/2008
Voici la présentation du roman que j'ai faite sur mon blog. Il n'y a pas de raison qu'elle ne revienne pas de droit à Sarah.

'Dans le Dauphiné de la fin du 13e siècle, Sarah est ce qu’on appelle une sorcière, héritière des pratiques païennes diabolisées par le christianisme. Dès son adolescence, le destin lui impose des épreuves dramatiques qui font d’elle une jeune femme déterminée et tenace : la mort tragique de son frère Pierre, le mal des ardents qui emporte son père, la haine fanatique d’Albérade, rien de tout cela ne la détruira. Soutenue par Dame Catherine, la prêtresse païenne qui la guide de loin, poursuivie par l’inquisiteur Lazarus qui cherche à la détruire, Sarah errera longtemps, utilisant ses connaissances magiques pour porter secours à ceux qu’elle rencontre. Compagnon surprenant et fidèle et messager des divinités de la nature, le loup Cabell lui sauvera la vie à maintes reprises, la suivant et la guidant lui aussi dans son parcours initiatique.
Héritière d’un passé fait de légendes et de magie, femme libre et forte à une époque où les femmes étaient davantage des bêtes de somme que des êtres humains, Sarah est le symbole de la Déesse-Mère des cultes anciens, et elle lutte non seulement pour sa survie propre mais également pour la survivance d’un code d’honneur, d’une conception de l’existence proche et respectueuse de la nature.
Le décor est celui de la vieille ville de Lyon, mais surtout des forêts profondes qui couvraient à l’époque les alentours de Crémieu.
Les personnages principaux sont des gens simples, des pauvres gens proches de la terre et donc des traditions païennes, contre lesquelles lutte l’Eglise des nantis qui cherche à les soumettre par des procédés finalement bien plus barbares que le paganisme.
Sur la toile de fond historique des débuts de l’Inquisition, plusieurs destins s’entrecroisent et se superposent dans un kaléidoscope d’images.
L’unité de temps est bien souvent bouleversée, car Sarah se révèle finalement être un personnage intemporel, un symbole, qui traversera les siècles pour retrouver, sous les traits de deux hommes différents, l’âme éternelle de son amant.'